• Le goût de la cerise - Abbas Kiarostami (1997)

     

        L'automobile est la boîte receptacle de l'ouverture du champ des possibles organisé comme champ de la conversation. Cette ouverture aux discours de différentes visions du monde successives permet de prévenir la menace et la tentation du devenir minuscule de la figure et de l'enterrement. Le soupçon du suicide n'est pas l'occasion du récit d'une mort en suspens. C'est l'accueil au cheminement de l'existence au sein d'un espace en chantier. Aussi, à la fin du film, la mort en suspend est l'occasion de la transformation et du passage d'un monde à un autre. De même, Kiarostami, en conjuguant le point de vue filmique avec la mobilité routière, transforme les écrans en passages.

            Thomas C


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :