• La Fille Coupée En Deux - Claude Chabrol

     

       Récit chabrolien classique, la délicieuse dramaturgie se déroule dans une évidence limpide et claire. La galerie de personnages truculents et chargés d'écriture s'exposent et disparaissent dans le lissage d'une série de portrait télévisuelle. Le problème du film réside en la pleine maîtrise de ses composantes. Perfection d'un scénario, qui joue avec ses personnages et les instrumentalise avec euphorie, jouissance et perversité. L'excès de connaissance que possède Chabrol de l'histoire qu'il narre le conduit à aplanir une mise en scène qui n'est plus qu'un couloir aux destinées narratives. Tout aussi bien, la narration est semblable à une autoroute en ligne droite qui, sans détour ni surprise, conduit le spectateur au point d'horizon attendu et souhaité. Ainsi, après le beau L'ivresse du pouvoir, sorti l'année dernière, la maturité rompu de Chabrol accouche d'un film précis et simplifié à l'extrême ou l'inéluctabilité narrative exhibe la caricature d'un cinéma de la transparence. Les acteurs sont excellents (exemplairement, François Berléand a trouvé en Chabrol son grand metteur en scène), mais ils participent au plaisir sur-construit et à la dynamique routinière offerte par le film.

     

    0OOO

     

    Thomas Clolus


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :