• Before The Devil Knows You're Dead - Sidney Lumet

     

       Perdus dans les limbes de mes neurones mémoriels « Serpico » et « Douze hommes en colère » ne sont guère plus que de vagues souvenirs, plutôt très bons malgré mon jeune âge alors.
    Un fait s'impose selon moi, c'est que ce dernier film est un véritable joyau.
    Quels jeux d'acteurs, quel scénario, quelle mise en scène !
    Dès le générique je me suis volontiers laissé prendre par l'intrigue, par la mise en image.
    Ce fut un vrai bonheur, bien que le terme mériterait quelque modération : le sujet du film ne peut guère porter à la joie.
    Formidable trame habilement dévoilée par d'intéressants flash-back, pas déroutants pour un sou, contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là. Je n'ai pas plus été gêné par le saut d'un personnage à l'autre, contrairement à certains... Si cela n'apporte rien au film, cela ne le dessert pas pour autant, mais je ne prétends pas rivaliser avec les « vrais » !
    Autant dire qu'en cette période de grosses sorties dans le domaine du « polar », ce film tient une place sur le podium des meilleurs (je renvoie qui le souhaite à mes billets d'humeur sur Allen ou Cronenberg). J'attends le dernier Gray...
    La terrible « bévue » des pieds nickelés du braquage n'est pas longtemps une surprise mais là n'est pas forcément l'essentiel.
    Les rapports entre l'aîné et le père et entre les deux frères sont tout à fait finement observés selon moi, même s'ils ne sont pas originaux.
    La réussite de ce film tient à mon sens dans la puissance du jeu des acteurs donc de certaines scènes, et tout particulièrement, évidemment, dans la scène quasiment finale.
    Il y a un côté « Alien » dans cette scène, la destruction de la « bête » des mains propres de son géniteur...
    Lumet signe un film de haute volée car il ne s'appuie pas sur une originalité délirante, d'une certaine manière je trouve que son film a la puissance des « Departed » de Scorsese.
    Les situations ne sont pas d'une grande trouvaille, enfin pour la plupart d'entre-elles, mais Lumet a l'art de les rendre émouvantes, saisissantes, bref, c'est un artiste du filmage !
    J'ai vu ce film lors de sa dernière projection (en tous les cas en v.o. je pense) et je m'en félicite.
    Je suis ressorti de la salle le souffle coupé, totalement abasourdi, fracassé par la violence du dénouement et par la noirceur de ce film.
    Joyau écrivais-je plus haut, joyau écrirai-je en conclusion.

    Précipitez vous incessamment pour le voir où que ce soit !

     

       0000 

     

           André-Pierre Lacotte


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :