• April Snow - HUR Jin-ho

    Après avoir appris que leurs époux respectifs avaient provoqué un accident de voiture, In-Su et Seo-young découvrent que ceux-ci étaient amants. Déchirés entre l'amour et la colère, ils vont se rencontrer, s'aimer à leur tour, partager les mêmes peines.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    A 31 ans, In-su est régisseur sur les concerts. Alors qu'il menait une vie conjugale heureuse, sa vie bascule le jour ou il apprend l'accident de sa femme et découvre qu'elle avait une liaison. Il a le cœur brisé par la trahison mais finira par tomber amoureux lui aussi de la même façon. L'idée d'une liaison ne lui serait jamais traversée l'esprit, mais ironiquement, il se retrouvera dans la même situation et en arrivera à comprendre sa femme.

    Quand à Seo-young c'est une femme au foyer ordinaire de 27 ans, elle a rencontré son mari, Kyung-ho grâce à un rendez-vous arrangé par son père et l'a épousé juste après ses études. Même si, au premier abord, elle peut paraître faible et tranquille, elle aborde avec courage et honnêteté ce nouvel amour effrayant mais stimulant.

     

    April Snow ou « Oenchul » en coréen pourrait se traduire par entrer/sortir. En l'occurrence nos deux personnages, qui sont In-Su et Seo-young, sortent d'un monde auquel ils croyaient. En effet, ils avaient foi tous les deux en l'amour de leur prochain, à leur fidélité. Mais tous cela, en une fraction de seconde, s'est écroulée sans qu'ils s'y attendent. Plutôt que de s'intéresser à leur déchéance, le réalisateur a préféré saisir le côté lyrique de leur liaison. En effet, dans son premier film « Christmas in August » il montrait l'emballement de l'amour à ses débuts, puis dans son film suivant « One Fine Spring Day » il filmait la fin d'un amour qui semblait éternel. Pour ce troisième opus, le côté lyrique de l'amour entraîne nos deux personnages dans des situations auquel ils n'auraient jamais pensé faire face.

     

    Au début du film, les personnages, s'ignorent, ne se regardent pas dans les yeux jusqu'au moment ou ils comprennent, l'idylles des deux amants sur les bancs de la fac, tout cela n'était que tromperie. Dès lors, ceci annonce pour eux la venue d'une ère nouvelle qui changera le cours de leur vie. Les regards ignorants, la furtivité, laissent place aux frôlements, au sourire puis à cette fameuse rencontre lorsque In-Su joue dehors, seul, avec la neige. Pour ainsi dire c'est un second malheur qui finit par les réunir puisque c'est lors de la visite aux défunts du jeune conducteur que le lyrisme naîtra. Tel une rencontre enfantine dans les cours de récréation, ils font connaissance, puis finissent par marcher et à parler de leurs vies respectives. Un verre dans un café permet de mieux détendre l'atmosphère et s'est ainsi qu'ils découvrent que leurs amours de jeunesse n'étaient que pure poudre aux yeux car il s'avèrera que les amants se connaissaient dès les bancs de la faculté. Sur les murs du café, s'amoncellent de nombreuses feuilles, que l'on peut supposer être comme des lettres d'adieux à des amours éphémères, de passage. Cet aspect est paradoxal avec ce qu'est en train de vivre notre jeune couple. La partition s'emballe, « Que feras-tu a son réveil ? » lui dit-elle, « je me vengerais » rétorque-t-il. Silence, on se regarde, on se souris puis le cœur parle « Si on avait une relation ? Juste pour les embêter » lui lance-t-elle, tel un cri du fin fond de ses entrailles. Elle préfère fuir plutôt que d'affronter son regard. Avant cette séquence nous en avons une ou In-su rend visite à son collègue qui prépare un concert. Nous le voyons dans un faisceau lumineux, comme s'il était touché par une sorte de lumière sainte. Celle-ci lui dirait quelle décision prendre vis-à-vis de cette situation et s'est ainsi que le téléphone sonne c'est elle, il arrive, notre premier rendez-vous.

    Un peu plus tard, dans une chambre d'hôtel avec vue imprenable sur la mer et comme de jeunes adolescents, ils se dirigent tranquillement vers l'endroit qui leur feront découvrir le véritable amour. On s'embrasse, on hésite, puis la magie opère. Le réalisateur durant cette séquence se concentre sur l'aspect charnel.  Après avoir fait l'amour, il l'observe plier ses affaires comme si elle pensait encore à son mari. HUR Jin-ho aurait très bien pu couper au moment où ils s'embrassent et renchaîner avec un plan où on la voit plier ses affaires. Bien au contraire nous observons deux corps qui se découvrent comme s'ils faisaient l'amour réellement pour la première fois. Ils sont à la découverte d'une nouvelle sensation. On se touche comme si on expérimentait une nouvelle façon de se dévoiler chez l'être aimé, ceci est orchestré de main de maître de la part du réalisateur. Ce qui est intéressant de noter c'est que durant cette scène le réalisateur coupe pendant les préliminaires. Un peu plus tard dans le film, nous reverrons les deux jeunes amoureux pendant l'acte en lui-même sans que nous voyons les préliminaires comme si leur relation avait prit un peu plus d'importance et qu'ils avaient pris un peu plus de temps pour se connaître, c'est fait ils sont en parfaite osmose l'un avec l'autre. Elle est heureuse. Cette « première fois » ne peut pas être considérer comme étant de « l'amour » véritable. Certes il y'en a un peu mais ce moment déclencheur leur fera comprendre qu'ils sont véritablement en train de tomber amoureux. On se balade sur la plage tous les deux, il est silencieux « Quel est ta saison préférée ? » il me dit que c'est l'hiver moi de mon côté je lui dis que c'est le printemps. On émet une théorie comme quoi il serait magnifique que de la neige tombe au printemps. Cette discussion est très symbolique, cela signifie que pour leur relation soit complète il faudrait qu'il se passe une sorte de miracle comme la neige en avril par exemple, ce qui est improbable. Dès lors on se dit que leur relation va petit à petit perdre de son énergie. Malgré ça on prend un verre dans le même café face aux affiches comme pour prouver que ce que l'on vit est différent, pour les autres c'est une simple liaison mais pour nous c'est une véritable histoire d'amour que l'on voit naître et grandir. Ce qui est frappant tout au long du film c'est que malgré qu'ils soient amoureux, ils se vouvoient mais ne se tutoient en aucun cas même jusqu'à la dernière séquence. 

     

    Leur amour pourrait se traduire métaphoriquement par la plante qu'offre Seo-young à In-su. En effet, au fil des plans dans l'hôpital nous voyons la plante dans le cadre comme si une part de chacun était présent dans la pièce, puis arrive la fin du film et ou l'on voit la plante qui a bien poussé, qui a pris racine comme leur histoire. Leur histoire est comme celle que l'on a sur les bancs de la petite école. En effet, elle vient le voir quand il joue avec la neige, puis on grandit et on s'appelle et on s'envoie des messages. On passe le niveau supérieur, on découvre le plaisir de la chair mais jamais on ne s'appellera par son prénom et jamais je ne te dirais tu, je te respecte trop pour ça. Au fil du temps, on se montre en public en se tenant mais un rappel à l'ordre nous dis de faire attention, en effet la femme de In-su s'est réveillée. Par contre le cas du mari de Seo-young va de mal en pis et finira par périr. Cette mort est programmée puisque dans un plan du film, quand elle le lave, elle finit par le recouvrir avec le drap, de la tête au pied. Cela nous montre qu'elle en a assez de s'occuper d'une personne qui l'a trompé, qui plus est, elle n'est plus amoureuse. On voit bien également qu'In-su rejette également sa femme, puisque dans la séquence ou il nettoie son corps, il se rend compte qu'un autre que lui l'a touché, effleuré et préfère donc arrêter plutôt que de se replonger dans des souvenirs douloureux. De plus, quand il a découvert qu'elle avait une relation et lorsque celle-ci est sous assistance respiratoire il lui dit avec des mots venant droit du cœur « Tu aurais dû mourir ».

    La soirée avant que son mari ne périsse elle préfère rester passer une soirée avec In-su plutôt que de rester au chevet de son mari. Seo-young quant à lui fera la même chose de son côté. On passe la soirée tout les deux, on rigole, on est sereins, naïf, on ne sait même plus que la terre tourne je me sens bien avec toi, malheureusement le lendemain et sans que je le sache j'arrive trop tard pour dire un dernier mot d'adieu à mon mari.

    Cette tranche de vie, des deux personnages, que nous présente le réalisateur est significative de nombreux signes. En effet, au début leur vie est brisée d'ailleurs les plans des champs en fumée ou en ruine que nous montre HUR Jin-ho démontre bien ce que peuvent ressentir les personnages à ce moment. Ils sont anéantis par ce qu'ils leur arrivent mais le bonheur finira par les atteindre sans qu'ils s'en rendent compte. Le dernier plan que nous avons d'eux est lorsque In-su rend une dernière visite à Seo-young lors de la veillée funèbre de son mari, ou il n'y a personne mis à part un personnage anéanti en arrière et que l'on suppose être un parent. Ici encore elle se trouve seule, mais l'encens déposé par In-su restera une trace indélébile de sa présence. Dès le départ, Seo-young nous apparaît comme solitaire car aucun membre de la famille de son mari ne vient la voir, alors que pour In-su le beau-père vient le voir de temps en temps comme un intermédiaire entre lui et sa femme. Il le respecte et ne peut lui avouer que sa fille l'a trompé avec un autre homme que lui depuis la fac. Là aussi la notion de respect est présente, celle-ci y est par ailleurs présente pendant tout le film.

    « Qu'aurions nous fait si l'on s'était rencontré plus tard ou plus tôt » lui dit-il. Si cette rencontre n'avait pas eu lieu dans les mêmes conditions sans doute ne seraient-ils jamais restait ensemble, il n'y aurait pas eu de lien assez fort pour les retenir tous les deux. Nos deux personnages évoluent dans une sphère très particulière. En effet, ils doivent faire face à la colère, au pardon, puis au véritable amour qui leur arrive dessus. Cet amour, est un amour irrationnel et inconcevable qui surgit au moment où on s'y attend le moins. Voir cet amour grandir sous nos yeux de la sorte ne sera pas facile à appréhender pour tout le monde. En effet, chacun à sa propre vision de l'amour, pour certain cette relation sera impure pour d'autre ce sera une relation tenant du miracle.

    Ma femme est sortie du coma, elle me pose des questions, je n'ose pas lui répondre, est-ce que je lui dis ? Oui il vaut mieux, je me lance : « Il est mort ». Je quitte la pièce, elle fond en larme. Je rentre à mon hôtel je vois la porte de sa chambre ouverte, c'est fait elle est vraiment parti. Je suis dans ma chambre je ne sais pas qu'elle me regarde et je pense à elle. Que va devenir ma vie ? Je préfère rentrer chez moi, déménagé et entamé une nouvelle vie. Je retrouve mon travail, mais je pense toujours à elle sans cesse, elle m'obsède. Que faire ? Je l'appelle ? Puis tout d'un coup la neige tombe mais nous sommes en printemps. C'est fait la neige tombe en avril c'est un miracle, on peut enfin être tous les deux, nous sommes réunis.

     

    Les personnages sont comme la neige en avril c'est-à-dire improbables, nous les voyons évoluer dans un monde qui peut nous paraître totalement étranger. Leur rencontre était fort improbable qu'elle se passe dans des conditions telles, ensuite tous deux méprisent ce qu'ont fait leurs conjoints respectifs mais ils refont exactement la même chose. Le fait le plus marquant est quand ils sont tous les deux dans la chambre d'hôtel. Il lui demande ce qu'ils seraient devenus s'ils s'étaient connus plus tôt au plus tard, si nous observons bien la position dans laquelle ils sont et si nous observons bien la vidéo de l'amant et de sa femme nous pouvons en conclure qu'il s'agit du même genre de type d'hôtel et qu'ils sont quasiment dans la même position. Ils refont les mêmes faits et gestes, ces personnages ont pour but de critiquer le comportement de chacun. Car même si l'ont trouve méprisable ce qu'ils ont fait c'est-à-dire la tromperie, les mensonges, on finirait par faire la même chose si nous étions poussés par cette même force qu'est l'amour. Traiter cet amour à travers l'adultère n'est pas nouveau puisque WONG Kar-waï l'a déjà fait dans « In the mood for love ».

    Les personnages n'ont nullement guère besoin de la parole pour exister ils existent en tant que tel, la parole ne sert ici qu'a justifiée ce qu'ils font car ce film aurait pu très bien être dénué de dialogue et garder tout son sens poétique grâce au personnage. Sans la parole on arrive quand même à comprendre ce que ressentent les personnages. Faire un film avec un tel objectif n'était pas une mince affaire, fort heureusement le résultat est au rendez-vous et c'est un régal pour les yeux et pour le cœur. Car les protagonistes du film essaient tant bien que mal à nous faire passer une leçon de moral. Elle pourrait être du type « l'amour est plus fort que tout ». Elle est plus forte que la mort, plus fort que les saisons, elle ne peut résister à quiconque. C'est un amour personnifié que nous présente le réalisateur par l'intermédiaire des deux personnages. Nous avons l'impression que rien ne peut les atteindre, on rend visite à nos conjoints pour avoir bonne conscience mais on préférerait être ensemble. Vers la fin du film, nous voyons nos personnages essayant de reprendre le cours de leur vie mais le passé ne peut être effacé comme de la craie sur un tableau. Et c'est ainsi que ce produit le miracle, la neige d'avril finit par tomber, ils pensent respectivement l'un à l'autre en se disant que de la neige en avril cela peut arriver il suffit d'y croire. Cette neige est comme leur amour, elle commence par être fine, poudreuse puis elle finit par être épaisse et à recouvrir mêmes les plus hautes montagnes. Mais la neige n'est pas éternel, elle finit par fondre puis disparaître, mais restons tout de même sur un aspect onirique.

     

    <o:p> </o:p>                     Le film que signe HUR Jin-ho est une métaphore lyrique d'un amour puissant, capable de braver toutes les situations dans un monde aussi froid qu'un revolver.

     

         Anthony Boscher


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :